L’aître Saint-Maclou

Accessibilité

186 Rue Martainville, 76000 Rouen

*ouvert au public

L'aître Saint-Maclou
L’aître Saint-Maclou

L’aître Saint-Maclou est un cimetière. Au Moyen-Âge, la paroisse de Saint-Maclou voisine dispose de son propre cimetière attenant à l’église. La Peste Noire de 1348-1349 l’ayant rempli, il est décidé d’acquérir un terrain pour en créer un nouveau. Les épidémies successives jusqu’au début du XVlème siècle ont contraint à l’achat de nouveaux terrains adjacents.

Lorsqu’éclate l’épidémie de 1519-1520, les terrains disponibles alentours n’existent plus. En 1525, la paroisse décide de construire des galeries entourant le cimetière afin d’y transférer les ossements dégagés lors de nouveaux enterrements. Les travaux débutent l’année suivante sous la direction de Guillaume Rybert.

À l’origine, seuls 3 côtés du cimetière étaient bordés de galeries : l’aile ouest fut achevée en 1526, les galeries nord et est, respectivement en 1529 et 1533. La galerie sud fut bâtie en 1651 et comporte une chapelle due en 1658 à Pierre Daust (Chapelle Saint-Michel). En 1744 un étage a été rajouté et les allèges des galeries initiales ont été fermées.

L’ensemble s’étend sur 48 mètres de long et 32 mètres de large. Au centre une croix de cimetière détruite en 1792, elle a été remplacée en 1818.

Danse macabre
Danse macabre

Sur les piliers et les poutres des galeries nord, est et ouest, de nombreuses sculptures évoquent la mort ou sa liturgie (ossements, pioches, cercueils, outils de fossoyeurs, crânes, etc.). Sur les colonnes de la galerie ouest sont sculptés des couples représentant une danse macabre nombre d’entre eux ont été abîmés par les calvinistes rouennais lors des guerres de religion en 1562.

La construction de l’aile sud était liée à un legs du Père Duchesne afin d’y créer une école pour les pauvres de la paroisse. Cette école fut ouverte en 1659 dans le bâtiment récemment construit. En 1705, Jean-Baptiste de La Salle, appelé par Monseigneur Colbert, Archevêque de Rouen, et le Premier Président du Parlement de Normandie, Monsieur de Pontcarré, se vit confier la responsabilité de deux puis quatre écoles gratuites de la ville. Ces écoles dépendaient du Bureau des Pauvres de la ville de Rouen. Parmi les premières se trouvait l’école de la paroisse Saint-Maclou. 

D’abord établies entre les chapelles des Trépassés et Saint-Michel, les classes sont ensuite emménagées dans les galeries transformées.

Après leur retour au début du XlXème siècle, l’école Saint-Maclou resta sous la responsabilité des Frères jusqu’en 1907 avant de devenir un pensionnat de jeunes filles. Fermé en 1911, l’aître Saint-Maclou abrita de 1940 à 2014 l’École des Beaux-Arts de Rouen.

Vierge à l'enfant (aile sud)
Vierge à l’enfant (aile sud)

Et aujourd’hui ?

L’Aitre Saint Maclou est aujourd’hui un site touristique ouvert au public qui accueille un centre d’exposition, une galerie d’art, et un lieu de restauration, ainsi que des événements ponctuels.